L’instant CroXel (Compagnie Troupe, 39)

Aaaah… CROXEL !!!

Ce spectacle, écrit par Chantal Joblon et Pascal Rome, soutenu en création et porté durant trois saisons par la compagnie oPuS, sera désormais produit et présenté par la compagnie Troupe dirigée par Jean-Louis Cordier.

Jean-Louis, interprète de “l’instant CroXel” et à l’initiative de ce spectacle autour de l’ivresse, a récemment réalisé un choix professionnel en créant sa propre compagnie.

Il nous a semblé juste de lui offrir les rênes de ce spectacle pour l’aider à asseoir son projet et y créer une part de son identité artistique .

Spectacle pour deux comédiens et consommateurs du bistrot du coin.

C’est une tranche de vie. Une courte tranche de vie qui dérive. Rémi Walker est commercial chez CroXel. Il attend la signature d’un bon de livraison pour une opération promotionnelle : des cacahuètes au « goût nordique ». L’absence momentanée du patron va le conduire à composer avec la serveuse en patientant autour de quelques verres ; les consommateurs présents vont alors assister à une lente et aigre dégringolade jalonnée d’héroïques morceaux de bravoure de comptoir, dérisoires sommets que seul l’alcool permet d’escalader…

Au final de cette dérive, point d’éléphants roses ni de bagarre générale, mais l’arrivée rédemptrice et triomphale d’un archange sorti tout droit de la cuisine.

Note d’intention

Faire du théâtre dans les cafés, c’est explorer une nouvelle scène du réel, c’est toucher le public qui s’y trouve et y amener celui qui n’irait pas. Faire du théâtre dans les cafés, c’est y poser pour un temps un petit observatoire du monde et en visiter l’arrière-boutique…

« L’instant Croxel » est une pièce courte pour deux acteurs. Elle traite du sensible sujet des boires et des déboires de ceux qui trinquent, de leurs ivresses, de leurs dérives… Parler de l’alcool, c’est forcément parler de la contradiction entre les plaisirs et les souffrances.

« L’instant Croxel » montre la solitude de comptoir d’un homme et le pathétique déballage de sa rancoeur. Peu à peu, de derrière le bar, surgira la « Figure rédemptrice »… Le public, lui, sera assis à la place du consommateur, à la place de celui qui parfois, interpellé par le charme du comptoir animé où se lèvent des coudes euphoriques, se laisse gentiment aller au plaisir de contempler la vie des autres en se jurant de ne jamais être à leur place.


SPIP | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Haut de page