Collectage et inphormage

vendredi 12 mai 2006

Bonjour chères adhérentes

En prévision d’une prochaine conphérence singulière, le conservatoire des curiosités s’en vient s’adresser à vous pour une sorte de petit collectage…

En effet, suite au récent legs de Madame Ferretti, mère de famille, nous souhaitons explorer plus avant cet élément incontournable des patrimoines artistiques familiaux qu’est le cadeau de fête des mères

A l’approche de la date fatidique, nous nous permettons donc de vous solliciter afin, d’une part, que vous nous transmettiez copie des poésies ou chansonnettes qui vous seront offertes à cette occasion, et d’autre part et le cas échéant, que vous pensiez à nous lorsque vous jugerez opportun de vous débarrasser des cadeaux trop fragiles, trop encombrants voire que vous détiendriez en double.

En échange de votre participation, vous recevrez en temps voulu une invitation au vernissage de l’exposition des cadeaux en nouilles collées du fils ainé de Madame Ferretti.

Avec nos remerciements, nous vous souhaitons par avance bonne fête maman et vous adressons nos meilleures phormules de politesse.

Pour Mr Romet, Mlle Mortez, secrétaire perpétuelle.

Et si vous vous demandez depuis longtemps ce qui peut bien se cacher derrière les collaborations O.p.U.S / Volubilis ?

Ca tombe bien aussi parce que vous pourrez le savoir dès cet été :

  • Vente aux gens chers (déambulatoire de rue) sera présenté le 1er juillet à la Chapelle St Laurent (79), le 28 juillet à la Roche sur Yon (85), le 30 juillet à la Roche Jagut (22) et le 2 aout à Celles sur Belle (79)
  • My system for ladies et gentlemen aussi (trio de danse foraine…) sera présenté à la Rochelle les 8, 9 et 10 juin ainsi qu’à l’occasion de Chalon dans la Rue (OFF), du 20 au 23 juillet.

Et enfin et bien entendu, si vous vous demandez si O.p.U.S sera présent ou non au Nombril à Pougne-Hérisson du 12 au 15 août… Ça tombe bien parce que oui mais c’est un secret et qu’il ne faut pas dire…


PS

Et si vous souhaitiez noter les prochains rendez-vous d’O.P.U.S sur vos calendriers, ça tombe bien car les voici !

  • Conphérence singulière sur les « colliers de nouilles » (création mars 2007). O.P.U.S sera en résidence à Ruffec du 12 au 17 mai (saint Pascal…) : Mlle Morot, Mr Fonchet et Mr Romet vont commencer à travailler sur le sujet. Ruffec hors les murs propose un Apéro-rencontre le 16 mai à 19 heures au gite de Rejallant. Du 19 mai eu 25 juin, chez Mamie Colette et Papy Albert, une première étape de restauration de la collection de cadeaux en nouilles collées du fils ainé de Mme Ferretti sera conduite par Mr Romet, Mlle Bouchacourt et Mr Simounet. L’étape suivante aura lieu à l’automne (saison des nouilles) au Fourneau de Brest.
  • La crèche à moteur
    • 18/19 mai : Aiffres, MPT (79)
    • 9/10 juin : Ruffec (16)
    • 22/23/24 juin : Niort (79), à l’occasion de « l’arbre de noël en retard du comité d’entreprise »… Réservations : le loup blanc 05 49 77 08 20
    • 1 et 2 juillet : Bar le Duc (55)
  • Le petit répertoire
    • 13/14 mai : Chalette sur Loing (45)
    • 20/21 mai : Cusset, Festival Les Incroyables (03)
    • 27/28 mai : Issoudun (36)
    • 6 juin : Chatillon sur Indre, festival Exentrique (41)
    • 8 juin : Château Renaud, festival Exentrique (41)
    • 9/10/11 juin : Chaumont, festival Exentrique (41)
    • 17/18 juin : Amiens, La Fête dans la ville (80)
    • 22/23/24 juin : Niort (79), à l’occasion de « l’arbre de noël en retard du comité d’entreprise »… Réservations : le loup blanc 05 49 77 08 20
    • 25 juin : Ecouflant (49)
    • 29/30 juin et 1er juillet : Alès, Cratère Surface (30)
    • 5/6/7/8 juillet : Dijon, Estivade (21)
    • 10/11/12 Août : Libourne, Fest’Arts (33)
    • 26/27 Aout : Orléans (45)
  • Le 23 mai 2006 à 09:14

    Et ben voilà ! Les Incroyables à Cusset, c’est fini ! Mais c’était très bien, avec du soleil et même pas trop de pluie. Quand même, la fausse note dans tout ça, c’est Mam’selle Morot qu’est pas velue, pardon, veNue. Excusez-moi pour ce lapsus qui n’en est pas un. C’est juste un p’tit problème de dyslexie. La dyslexie, ça me chatouille de temps à autre, jusqu’au bout des doigts quand je tapote sur le clavier du compiouteur. Ca vient de mon inconscient ou subconscient, je sais pas exactement. Ca vient, paraît-il, de quand j’étais petit parce que ma mère voulait absolument me faire manger des pruneaux agen (pardon : à jeun. Encore la dyslexie). Le matin, les pruneaux, il parait que ça fait aller, mais moi, j’ai jamais aimé les pruneaux, peut-être à cause de la couleur. Y a rien de plus triste qu’un pruneau, c’est ridé, tellement qu’on a l’impression de bouffer quequ’chose de vieux. Bon, je vais pas vous agacer avec mes vieux pruneaux, j’imagine que vous avez d’autres chats à défèrer (pardon : à fouetter. Toujours la dyslexie).

    Donc, ce week-end à Cusset, pour résumer, j’ai attendu Mam’selle Morot pendant tout le week-end. Et pis non, pas de Mam’selle Morot. Pourtant j’ai visité le petit répertoire trois fois, même que la troisième fois, j’suis rentré en douce, par dessous la bâche en face des wouatères, vu qu’y avait plus de papier (pardon : plus de billets d’entrée. La dyslexie, ça se soigne mais c’est long). Faut quand même que j’vous dise : la prestation de Monsieur Courbet (pardon : Bourdet. Dyslexie, quand tu nous tiens !) est d’un niveau, comment dirai-je, d’un niveau difficile à imaginer tant qu’on n’a pas vu ladite prestation (NDLR : phrase a priori idiote qui peut, néanmoins, faire plaisir). J’ajoute que Monsieur Bourdet est fort sympathique, un peu emprunté mais sympathique et c’est un guide de haute montagne (pardon : de haute compétence. Cette p…. de dyslexie va pas me lâcher aujourd’hui). Si je puis me permettre, j’oserai presque aller jusqu’à dire qu’il n’a pas l’assistant qu’il mériterait. Bien sûr, Monsieur Chon (Ouf ! Là, la dyslexie n’a pas frappé et c’est tant mieux, parce qu’avec un nom pareil, j’aurais bien pu taper une horreur). Donc, Monsieur Chon, lui aussi, est fort sympathique, peut-être plus fort que sympathique. N’ayons pas peur des mots : Monsieur Chon est un monument de tendresse (pardon, de robustesse naïve et joyeuse. La dyslexie, parfois, ça fait dire le contraire de ce qu’on voudrait), un peu frigide (pardon : un peu rigide. Mille excuses d’un dyslexique impénitent). Pendant les visites, j’ai eu comme qui dirait la fâcheuse impression que Monsieur Chon n’entendait pas tout (entendre, dans ce cas, veut aussi dire comprendre). Peut-être aurais-je dû lui prêter mon sonotone qui bas résille (pardon : qui grésille. Alors là, la dyslexie vire à la perversion sexuelle). Justement, à ce propos, je tiens absolument à préciser que si je manifeste un intérêt certain pour Mam’selle Morot, c’est exclusivement à cause de son élégance et de sa culture dont l’étendue n’a d’égal que la pertinence (NDLR : Enfin une phrase intelligente qui met en relief la splendeur et la précision de notre si belle langue française ! Bravo !)

    Bon, c’est pas tout ça. On va pas y passer la matinée mais je voudrais motoriser (pardon : m’autoriser. Ca, si on l’écrit pas, c’est de la dyslexie qui passe inaperçue) une dernière petite affirmation, pour la route, une expression typiquement bourbonnaise qui nous vient de la nuit des temps et qui veut rien dire du tout, mais qu’on peut placer, justement, quand on a plus rien à dire : "On peut ptêt ben quand même pas non plus." Ca y est, c’est dit.

    Et pis, l’année prochaine, si ça veut rire, vous allez revenir à Cusset, pour la cinquième édition des Incroyables. Alors là, si vous revenez sans Mam’selle Morot, je vous aurais prévenus, ça va chier des bulles !

    Lulu d’Cusset, gardien de phare.

SPIP | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Haut de page