Les machines à tarabuster les cailloux ont retrouvé le nombril

vendredi 9 mars 2012

Voilà bientôt 10 ans que le Conservatoire des Curiosités avait entrepris de restaurer les fameuses machines à tarabuster les cailloux inventées par Robert Jarry, le forgeron de Pougne Hérisson.

Convaincu qu’il parviendrait à extraire quelques mots du minerai de conte qu’il allait puiser dans la grande mine d’histoires de Pougne Hérisson, Robert Jarry n’avait eu de cesse d’inventer des engins à tarabuster la pierre de son canton.

Machine à caresser dans le sens du poil, machine à immersion totale ou partielle, machine à botter le cul des caillasses ou machines à faire rougir les vieux fossiles…

Jusqu’à ce qu’il fut emporté par la faucheuse (mort de soif en 1976, l’année de la grand sécheresse !), ce vaillant bras droit de l’anthropologue américain John Barney Ferguson mit au point une dizaine de machines à tarabuster portatives, en sus des machines à tarabuster de laboratoire et de la GRANDE machine à extraire le minerai de conte, formidable engin monumental qui fait aujourd’hui la fierté du jardin du Nombril (Deux-Sèvres).

Les machines à tarabuster portatives ont terminé leur neuvaine (période nécessaire de décantation de 9 ans, selon la théorie de Jacobsen) et le 1er mars dernier, elles ont été remise à l’équipe du Nombril par les phabricants d’OPUS.

Youpiii


Portfolio


(JPEG – 43.9 ko)

(JPEG – 33.5 ko)

(JPEG – 31.1 ko)

(JPEG – 32.8 ko)

(JPEG – 30.8 ko)

(JPEG – 33.1 ko)

(JPEG – 31 ko)

(JPEG – 38.5 ko)

(JPEG – 31.4 ko)

(JPEG – 31.2 ko)

(JPEG – 33 ko)

(JPEG – 32.8 ko)

(JPEG – 33 ko)

(JPEG – 38.4 ko)
SPIP | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Haut de page